RSE

Livre blanc des étudiants : comment vivre en ville à horizon 2050 ?

08 septembre 2021
Les étudiants du Mastère Spécialisé® Marketing, Design et Création, porté par Audencia et Centrale Nantes, publient un livre blanc sur la ville en 2050, un sujet qui leur a été soumis par Leonard, la plate-forme de prospective et d'innovation de VINCI. Les étudiants se sont inspirés de la nature pour imaginer des solutions en matière de gestion des ressources, de changements climatiques et de problématiques sociales.

En 2050, plus des deux tiers de la population mondiale vivra en ville. La planète comptera pas moins de 43 métropoles de 10 millions d’habitants. Confrontés au réchauffement climatique, aux déplacements de population et à la tension sur les ressources, comment vivront les habitants d’ici 30 ans et comment s’y préparer ?

Les 19 étudiants du Mastère Spécialisé® Marketing, Design et Création (MDC) d’Audencia et Centrale Nantes dévoilent dans un livre blanc l’aboutissement de leur travail de six mois sur ce sujet proposé par Leonard, la plateforme de prospective et d’innovation de VINCI. Ce résultat se base sur des interviews d’experts, une analyse quantitative des évolutions que les villes vont subir (écologiques, humaines, etc.), une analyse des imaginaires et une revue des solutions existantes.

La ville des saisons, en réponse à trois enjeux prioritaires

Les étudiants ont développé le concept de la ville des saisons, capable de s’adapter aux cycles de toute nature. Le concept se concentre sur les trois dimensions clés que sont le confort thermique, la création de lien social et l’optimisation de l’espace et des ressources. Les solutions sont déclinées suivant 4 échelles, de l’individuel au collectif : l’habitat, le bâtiment, la rue et enfin le quartier.

Les solutions imaginées illustrent une ville soucieuse de son environnement, de ses habitants, où l’espace public est réinvesti à travers une collaboration plus étroite des acteurs privés et publics. Toutes sont basées sur des observations de phénomènes naturels (biomimétisme) et des analogies en lien avec les mondes végétal et animal.

  • La nature au secours du confort thermique des bâtiments

Pour s’adapter à la hausse des températures, les villes rénovent leurs bâtiments et construisent en s’appuyant sur des solutions isolantes inspirées de la nature.

  • L’hybridation des espaces, vecteur de lien social

Contre l’isolement des individus et la désertion de certains espaces publics, les étudiants proposent la création d’écosystèmes par quartiers et de structures partagées.

  • La rue s’adapte aux impacts climatiques

Face aux températures plus élevées, la rue devient un parcours de fraîcheur et de préservation de la biodiversité en ville, tout en créant de nouveaux lieux d’inclusivité et d’échange, assez poétiques.

  • Les quartiers accueillent les migrants climatiques

Pour accueillir cette population, la ville doit impérativement retrouver sa fonction intégratrice et réinventer sa manière de faire société.

 

Les solutions développées par les étudiants alimenteront les réflexions des équipes de Leonard mobilisées depuis 2018 autour des enjeux de l’adaptation des villes au changement climatique (https://leonard.vinci.com/category/resilience-climatique/). 

 

Pour découvrir le livre blanc, cliquez ici.

 

ANNEXE : la ville des saisons en 12 solutions

 

La nature au secours du confort thermique des bâtiments

 

En 2050, la température aura grimpé de 2 à 3 degrés, avec de fortes variations saisonnières. Pour s’y adapter, les villes devront rénover les bâtiments existants et envisager les nouvelles constructions en s’appuyant sur les propriétés régulatrices de la nature en matière d’isolation.

Les panneaux de façade imaginés ont trois déclinaisons :

  • La peinture thermochrome, dont la couleur varie selon la température, permet de réduire les dépenses énergétiques liées à la climatisation et au chauffage de 30%. Elle prolonge la durée de vie de la façade et réduit l’influence de la météo sur le confort de vie.

 

  • Les façades végétalisées bioluminescentes combinent performance énergétique (isolation thermique mais aussi phonique), améliorent la qualité de l’air en absorbant le CO2 des activités humaines et produisent des solutions d’éclairage.

 

  • Les biofaçades en microalgues génèrent un bouclier thermique, prétraitent les eaux usées et améliorent la qualité de l’air.

 

L’hybridation des espaces, vecteur de lien social

A l’échelle de l’habitat, l’enjeu des trente prochaines années sera de lutter contre l’isolement des individus et la désertion de certains espaces publics. Les étudiants ont ainsi imaginé des écosystèmes par quartiers, dont le design repose sur la création de structures communes afin que le partage devienne vecteur d’une économie de connaissance.

  • Les nids : cocons confortables et légers, ils se greffent facilement aux bâtiments existants pour créer un nouvel espace partagé à l’échelle de la copropriété.
  • Les promontoires : espaces hybrides à mi-hauteur permettant le dialogue entre professionnels et habitants des immeubles, ils peuvent par exemple servir à des jardins botaniques ou potagers.
  • La canopée : un repère fort dans la ville au niveau architectural à travers un enchaînement de passerelles développant les liens entre immeubles, en utilisant les surfaces créées et les toits comme espaces semi-privés (des parcs pour enfants, des espaces sportifs, terrasses, etc.)

 

La rue s’adapte aux impacts climatiques

Face aux températures plus élevées, la rue devient un parcours de fraîcheur et de préservation de la biodiversité en ville, tout en créant de nouveaux lieux d’inclusivité et d’échange, assez poétiques.

  •  Le coquelicot : c’est un dispositif adossé aux arbres qui se déplie ou se replie selon les conditions météorologiques pour abriter de la pluie ou du soleil.
  • Le papillon : l’arrêt de bus devient un espace de repos et de fraîcheur, qui réemploie l’eau de pluie en la pulvérisant en un nuage de brume rafraichissante.
  • La chrysalide : combinaison de plusieurs coquelicots formant un lieu ombragé, frais et végétal, elle apporte un espace de transition aux citadins, à la sortie du métro par exemple.

 

Les quartiers accueillent les migrants climatiques

La France de 2050 connaît d’importantes vagues de migrations climatiques. La ville doit impérativement retrouver sa fonction intégratrice et réinventer sa manière de faire société.

  • Un nouveau modèle d’organisation urbaine : l’espace est divisé en différentes zones pour favoriser les échanges sociaux et prévenir l’isolement. Au cœur de chaque quartier, les campus regroupent écoles, centres de formation et de nombreux services de proximité.
  • Le campus de quartier : il devient le cœur du quartier, un lieu de rencontre et de partage, contribuant à créer un nouveau système éducatif. Pourquoi ? Parce que les enfants sont des accélérateurs de rencontres.
  • Le bâtiment Lego : sur le modèle de l’urbanisme transitoire, et pour faciliter l’hébergement des migrants, c’est une forme de logement d’urgence, modulable, aisément montable et démontable. Ces lots sont redistribuables et réutilisables par d’autres collectivités, quand les besoins ne sont plus là.

 

À propos de Léonard

Leonard est la plate-forme de prospective et d’innovation du groupe VINCI. Créé pour explorer l'avenir des métiers du Groupe et en construire les solutions innovantes, Leonard a pour missions d’assurer une veille sur les tendances émergentes dans les métiers et sur les marchés de VINCI, d’identifier des nouveaux relais de croissance et de développer des programmes d’incubation et d’accélération de projets innovants, ouverts aux collaborateurs de VINCI comme aux start-up. Pour accueillir ces programmes et favoriser les rencontres avec tous les innovateurs des métiers de VINCI, Leonard a ouvert Leonard:Paris, un tiers lieu ouvert de 4 500 m2 dans Paris.Site web : leonard.vinci.com/ Twitter : @WeAreLeonard

 

À propos d’Audencia

Fondée en 1900, Audencia se positionne parmi les meilleures Ecoles de Management européennes. Elle est accréditée EQUIS, AACSB et AMBA. Première Ecole de Management en France à adhérer à l’initiative Global Compact des Nations Unies, également signataire de leurs Principles of Responsible Management Education, Audencia s’est très tôt engagée à former et accompagner des managers innovants et responsables, dotés de compétences hybrides, qui contribuent positivement aux grands enjeux auxquels nos organisations, nos sociétés et notre planète, sont confrontées. Audencia a également créé Gaïa, la toute première école au sein d’une business school dédiée à la transition écologique et sociale. En co-création avec ses parties prenantes, Audencia produit et diffuse des connaissances qui ont un impact sur la littérature scientifique, le contenu de ses formations, les pratiques des entreprises et la société dans son ensemble. Elle contribue ainsi aux trois défis majeurs suivants : la création et l’utilisation de technologies et d’information responsables, la définition et l’adoption d’approches managériales favorisant des organisations et des sociétés inclusives et la conception et la mise en œuvre de modèles d’affaires et de développements soutenables. Audencia propose des programmes en management et en communication allant du bachelor au doctorat.  Elle a signé des accords avec 212 institutions académiques à l’étranger, et plus de 180 entreprises nationales et internationales. Elle accueille plus de 6100 étudiants, dispose d’un corps professoral de 148 enseignants-chercheurs et d’un réseau de plus de 30 000 diplômés. Pour en savoir plus, consultez le site Internet : www.audencia.com et suivez-nous sur les réseaux sociaux : Twitter @audencia.

 

À propos de Centrale Nantes

Centrale Nantes est une grande école d’ingénieurs fondée en 1919 qui figure au 4e rang des écoles d’ingénieurs françaises (L’Etudiant) et dans le top 200 mondial (Times Higher Education). Elle diplôme des ingénieurs, des étudiants de masters et de doctorats, à l’issue de parcours académiques basés sur les développements scientifiques et technologiques de très haut niveau. D’envergure internationale, elle compte 43% d’étudiants internationaux dans ses rangs, qui représentent plus de 87 nationalités. Des accords sont passés avec 178 universités dans 48 pays et deux tiers des étudiants suivent un cursus en double diplôme. La recherche et la formation à Centrale Nantes s'organisent autour de 3 grands enjeux de croissance et d'innovation : développement durable, transition numérique et santé. Avec des plateformes de recherche allant de la simulation numérique à l’expérimentation sur des prototypes pouvant aller jusqu’à la taille réelle, et un incubateur de 20 ans d’expérience, l’école dispose d’outils majeurs pour l’innovation et les collaborations avec le monde économique. Dans le cadre d’une politique volontariste de recherche intégrée entre les laboratoires et l’industrie, Centrale Nantes dispose de 15 chaires industrielles et laboratoires communs avec des acteurs économiques de premier plan.Pour plus d’informations : www.ec-nantes.fr . Médiathèque : https://phototheque.ec-nantes.fr/@CentraleNantes


Contacts
Chevy Axelle

Axelle Chevy

Media Relations Manager Mail : achevy(at)audencia.com Tel : +33 (0)2.40.37.45.80 +33 (0)6.47.72.45.53 twitter@axelle_chevy
Normand Marina

Marina Normand

Media Relations Officer Mail : mnormand(at)audencia.com Tel : +33 (0)2.40.37.81.08 +33 (0)6.31.90.70.88 twitter@marina_normand

Vous aimerez aussi

Catégories
RSE Innovation